Le 10 février 1936

Le Père Georges Finet rencontre Marthe

En ce 10 février 1936, le Père Finet, prêtre du diocèse de Lyon, rejoint Châteauneuf de Galaure, porteur d’un tableau de Marie Médiatrice demandé par Marthe pour la petite école de filles. Pouvait-il pressentir ce qui l’attendait ?

Il l’a dit souvent :

"Je croyais apporter la Sainte Vierge et c’est Elle qui m’amenait".

Dès son arrivée à la cure de Châteauneuf, l’abbé Faure, chargé de la paroisse, lui propose d’aller voir Marthe Robin et de lui porter le tableau. C'est ce jour là, au cours d’une longue conversation, que Marthe explique au Père Finet le projet que Dieu lui a confié : les laïcs, conscients des dons reçus à leur baptême, prennent une part de plus en plus active à la mission de l’Eglise et à son renouveau. Le vouloir de Dieu est de susciter de nouveaux centres de formation et de ressourcements spirituels qui leur soient plus accessibles.

Parmi eux, il y aurait les Foyers de Lumière, de Charité et d’Amour.

La nouveauté de ces communautés serait de rassembler des hommes et des femmes, mettant en commun leurs biens de tous ordres pour vivre ensemble la Famille de Dieu, et participer ensemble à l’annonce de l’Evangile sous la conduite d’un prêtre, le père de la communauté.

C’est alors que Marthe Robin demande au Père Finet de venir à Châteauneuf pour fonder le premier Foyer de Charité et de commencer par la prédication d’une retraite au début du mois de septembre. Cette demande, située dans la perspective d’un renouveau de l’Eglise, le toucha profondément. Il répondit "oui", à condition que ses supérieurs l’approuvent.

« Ainsi commença l’Oeuvre demandée par le Seigneur. »

« Cette Œuvre sera le refuge des grandes détresses humaines qui viendront y puiser la consolation et l’espérance (...) Des pêcheurs innombrables viendront de toutes parts, attirés par ma Mère et par Moi, y chercher la lumière et la guérison de leurs maux dans mon pardon divin.

Je veux qu’elle soit un Foyer éclatant de Lumière, de Charité, d’Amour (...) l’oasis vivifiante aux âmes de bonne volonté, aux âmes anxieuses et découragées, aux pécheurs endurcis et sceptiques... »

"la Maison de Mon Cœur ouvert à tous."

Extraits du "Texte fondateur" des Foyers de Charité.